Page en cours de chargement

Translation
 
A l'origine
Développements
Ecoocivisme
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
26 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Recherche



logo-2.png
Aujourd'hui... - a - Que deviendrai-je ?


Que deviendrai-je dans le sociétalisme, si dans le capitalisme je suis...


Médecin:

Médecin je suis, médecin je reste. La seule différence est que le médecin écosociétal reçoit un honoraire conventionné par patient, sachant que l'évaluation de la prestation par les patients eux-même influencera le montant exact de chaque honoraire.

Un maximum d'honoraire journalier, ou bien un système de rémunération dégressive avec le nombre de patient visités par jour, pourra être mis en place afin de garantir un temps minimum d'attention à chaque patient.

Un système de ticket modérateur sera également instauré pour permettre aux personnes les moins fortunées de ne plus payer au delà d'un certain quota de visites annuelles.

Artisan:

Un artisan est dans l'écosociétalisme une personne-entreprise. Le fonctionnement sera donc identique à celui d'une entreprise. En résumé: l'artisan n'est pas réellement propriétaire de son entreprise ni de ses outils de production. Lorsqu'il a besoin d'outils ou de matériaux, il se les procure où bon lui semble, grâce à un numéro d'entrepreneur (similaire au SIRET actuel). Le prix de ces outils (amortissement) et matériaux est reporté sur le prix final de vente. Son temps de travail est ajouté à ce prix, ainsi que la Taxe EcoSociétale? (TES).
Pour son travail, l'artisan reçoit sur son compte personnel la rémunération correspondant au nombre d'heures travaillées (auto-déclaration, avec contrôle automatique du volume horaire facturé).

Commerçant:

Le commerçant est un salarié-distributeur. La marge commerciale n'existe pas, et son rôle est pratiquement assimilable à celui d'un service public de distribution des biens. Toutefois, en fonction de son accueil, de sa disponibilité, de sa compétence dans son domaine, son salaire sera ajusté (sur avis des clients, de comités d'évaluation corporatistes, en fonction du volume de vente dans le contexte du marché local, etc). La Taxe EcoSociétale? (TES) applicable sur les produits distribués en magasins devrait comprendre un petit surplus destiné à absorber spécifiquement le montant global des salaires des commerçants.

Chef d'entreprise:

Dans l'écosociétalisme, le chef d'entreprise est un employé comme un autre, dont le rôle est de gérer l'entreprise. Sa liberté est totale, sachant que en cas d'erreur (production invendable, mauvaise qualité, pollution importante, etc), la sanction sera une réduction très forte des salaires au sein de l'entreprise (avec risque donc de perdre la main-d'oeuvre), sauf à changer de méthode pour retrouver une bonne sociétalité. Le rôle de chef d'entreprise n'est donc pas très différent dans les fonctions assumées par rapport à aujourd'hui, mais l'écart de salaire avec les employés sera très réduit, y compris pour les grandes industries.

Ouvrier:

Pour les ouvriers, peu de changements en perspective: chacun fait son travail, et reçoit un salaire. La différence ici est que en cas de mauvaise production, ou de faible production de l'entreprise (mévente, prix devenant très élevés par unité produite), ce sont TOUS les salaires des employés, y compris le patron, qui descendent. Cela devrait inciter les participants à une entreprise, quel que soit leur position, à s'entraider pour produire mieux (moins polluant, avec une cadence raisonnable).

Agriculteur:

L'agriculteur ne possède pas sa terre au sens propre, mais la reçoit en exploitation de la part de la communauté, de la nation. Son rôle est de mettre le sol en valeur, et il reçoit pour cela un salaire, probablement forfaitaire annuel, régulé d'un agriculteur à l'autre par la qualité de sa gestion de la terre.
Sa production est vendue à un prix qui dépend d'une estimation globale du temps de travail nécessaire par unité, selon la catégorie de culture (céréales, fruits, primeurs, élevage laitier, polyculture vivrière, etc) ce qui devrait éliminer les écarts entre gros et petits producteurs. Par ailleurs, le prix de tout bien ou service amont utilisé au cours de la production est reporté sur le prix final de vente par chaque producteur (engrais, pesticides, gas-oil, électricité, médicaments vétérinaires, amortissement des matériels, etc). Du fait du prix élevé des produits non sociétaux (toxiques, polluants, portant atteinte aux ressources naturelles), la production qui fait appel à nombre de ces produits sera pénalisée à la vente.
L'emploi de main-d'oeuvre agricole, permanente ou saisonnière, ne pose pas de problème, puisque le coût en travail moyen de chaque production en tient compte au départ. Par suite, il suffit que chaque ouvrier agricole soit déclaré comme tel pour recevoir son salaire dans la mesure de son temps de travail.
Des procédures automatiques de contrôle pour chaque exploitation seront menées (adéquation entre quantité produite, méthode utilisées et temps de travail déclaré)

Chercheur:

Pas de changement majeur: les chercheurs du secteur public resteront des chercheurs du secteur public. Le recherche sera financé par l'émission de salaire de fonction publique, absorbés par la Taxe EcoSociétale? (TES). Les laboratoires publics recevront des locaux et instruments de la part de la communauté, avec obligation de les utiliser au mieux. Le seul avantage de produire de bons résultats ou d'avoir de bonnes idées sera d'obtenir la reconnaissance (mais aussi la jalousie...) de ses pairs.

Artiste:

L'artiste restera lui aussi un artiste. Pour son travail, il recevra un salaire, peut-être forfaitaire, à condition de prouver qu'il produit quelques oeuvres (car sinon, il suffit que je me déclare artiste, et je reçois des subsides sans rien faire: trop facile!). Le moyen le plus simple étant de réussir à vendre ses oeuvres, ce qui démontre qu'il en crée. Toutefois, l'art étant difficile, peut-être sera-t-il intéressant de créer des réseaux et des sites de rencontre, des ateliers, des conservatoires, qui seront à même de gérer des fonds pour la rémunération du travail artisitique.
L'art étant ce qu'il est, le prix de vente d'une oeuvre ne peut dépendre du temps de travail de l'artiste, mais d'un accord entre lui et l'acheteur potentiel.

Avocat:

L'avocat restera membre d'une profession libérale, et en tant que tel gèrera son entreprise. Le salaire sera conventionné, avec modulation par la satisfaction des clients (comme pour le médecin). Les champs d'actions ne seront sans doute pas différents de ceux d'aujourd'hui.

Banquier:

Le banquier sera le chef d'une entreprise ayant pour objet de gérer les comptes de ses clients qui en feront la demande. Toutefois, avec la disparition du prêt à intérêt, la disparition de la bourse et l'absence de besoin d'assurance, sanc compter le développement de la gestion automatique des flux monétaires, le banquier aura fort peu à faire, si ce n'est devenir un expert-conseil en gestion personnelle (aider les autres à décider comment améliorer leurs performances du point de vue sociétal, afin d'obtenir une meilleure évaluation globale, et donc un meilleur salaire).
Son service est payant, au prix de son temps de travail. Son salaire est obtenu comme celui de tous les autres acteurs économique: par estimation de son temps de travail et de sa compétence/utilité globale.

Courtier en bourse:

Celui-là, il peut sortir de son bureau et aller enfin profiter du soleil, parce que la bourse n'existe plus dans l'écosociétalisme. A la limite, il peut rejoindre la banquier en tant qu'expert-conseil en amélioration sociétale.

Assureur:

L'assurance privée n'est pas une nécessité dans l'écosociétalisme, car le circuit de la création/destruction monétaire est tel que tout sinistré peut être immédiatement et intégralement indemnisé par une création monétaire ad-hoc. Toutefois, des désirs d'assurance farfelus où spécifiques peuvent exister. Si l'assureur capitaliste veut s'y coller, personne ne peut l'en empêcher. Mais cette fonction sera certainement reprise par les banquiers et leurs camarades.

Fonctionnaire:

La notion de service public sera peut-être différente dans l'écosociétalisme, ce qui veut dire que ce ne seront pas forcément les même qui seront fonctionnaires. Toutefois, pour les fonctionnaires sociétaux, comme pour les fonctionnaires actuels, le travail sera rémunéré par un salaire, et le service rendu payé par tous (via l'application de la Taxe EcoSociétale? sur chaque vente). A noter cependant que le sociétalisme rêve d'une société horizontale d'intelligence collective et en réseau, ce qui élimine d'emblée les grandes et lourdes structures pyramidales actuelles (du ministre au sous-sous-petit-chef).

Date de création : 09/12/2009 : 07:44
Dernière modification : 09/12/2009 : 07:44
Catégorie : Aujourd'hui...
Page lue 2151 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^